Enjeux et réglementations

Enjeux et réglementations

LES ENJEUX

Les besoins en bois ne pourront être satisfaits
uniquement par les plantations forestières.

Visant l’équilibre entre couverture du sol
et espace de production alimentaire,
l’agroforesterie permet de recapitaliser
un potentiel de production au cœur des parcelles,
sans recourir à l’exploitation de nouvelles surfaces.

Elle répond pleinement aux objectifs de la PAC,
de la directive Nitrate, Plan Carbone,
Trame Verte et Bleue…

L’agroforesterie apporte des éléments
de réponse aux grands enjeux environnementaux
et sociétaux actuels
concernant le coût
de potabilisation de l’eau, les dégâts sanitaires
des produits chimiques, le prix élevé des intrants
fossiles, la demande d’énergie renouvelable…

LES RÈGLEMENTATIONS

Depuis 2006, les parcelles agroforestières
de moins de 200 arbres/ha sont reconnues
comme des parcelles agricoles
,
bénéficiant ainsi de l’éligibilité aux aides PAC
du premier et second pilier. Elles relèvent
de ce fait du régime foncier et fiscal agricole.

Depuis 2007, une mesure de soutien
à l’investissement est disponible à l’échelle
européenne (article 44 RDR, mesure 222).

En France, cette mesure est activée depuis 2010,
dans la moitié des régions environ. Elle permet
le soutien financier à l’installation
de parcelles agroforestières.

Le montant des aides peut atteindre 80%
des coûts d’installation. En France,
la mesure est cofinancée par les collectivités
territoriales. Dans d’autres pays européens,
ce sont les régions ou les Etats
qui co-financent l’investissement.

LE DÉVELOPPEMENT DES TECHNIQUES:
L’AGROFORESTERIE DE TROISIÈME GÉNÉRATION

Les expériences de terrain et les recherches
menées par différents centres et instituts
ont testé des systèmes enrichis et optimisés,
sur la base des pratiques traditionnelles.

Si les premiers projets consistaient surtout
à réaliser des alignements mono spécifiques
d’arbres, l’agroforesterie telle
qu’elle est développée aujourd’hui fait appel
à une diversité d’essences, de techniques,
de types d’aménagement ou de tailles des arbres,
qui permettent d’allier production de biomasse
et protection de l’environnement.

La nouvelle génération d’agroforesterie
allie plantations plurispécifiques,
valorisation de l’existant, régénération
naturelle des ressources sous-exploitées:
restauration d’arbres têtards, régénération
des ligneux en bords de cours d’eau ou de voieries,
introduction de bandes de taillis linéaires.

Complémentaires à la gestion de l’arbre,
les techniques de conservation des sols
(techniques culturales simplifiées,
couverts végétaux, semis directs..)
permettent de mimer le fonctionnement
des écosystèmes naturels et recréent de la vie
dans les sols
, en rendant de nombreux services:
réduction des intrants, limitation de l’érosion

Tous les types de production
sont compatibles avec l’agroforesterie,
en agriculture conventionnelle
comme en agriculture biologique:
grandes cultures, viticulture,
maraichage, élevage…

Feuillus précieux ou fruitiers,
chaque projet est raisonné en fonction
des besoins et objectifs de l’agriculteur
et de la société.