La couverture permanente des sols

La couverture permanente des sols

INSPIRÉE DU MODÈLE DE LA FORÊT

L’agriculture peut s’inspirer de la forêt
pour recréer les mécanismes agroécologiques
qui assurent le maintien de la fertilité des sols,
évitent les pertes et les pollutions
et conservent les nutriments
et les habitats dont les cultures
et la biodiversité fonctionnelle ont besoin.

La matière organique du sol est composée
d’environ 50 à 58% de carbone.

Ces dernières décennies,les taux de matière
organique ont diminué dans les sols européens,

principalement à cause des pratiques culturales
(labour profond, érosion…) et de la conversion
croissante des prairies en terres cultivables.

Cette chute a des conséquences
sur l’activité biologique et la fertilité des sols,
et donc sur les rendements des cultures.

Or, un sol vivant induit un cycle vertueux:
bonne santé des plantes et qualité nutritionnelle
des productions, diminution des besoins
en intrants, augmentation des rendements,
augmentation des niveaux de biodiversité, etc.

Illimitée, gratuite, stockée durablement
dans la biomasse, l’énergie solaire est
sous-utilisée par l’agriculture (environ 40%).

Comment optimiser la production de biomasse
pour profiter en permanence de l’énergie
solaire dont toute la biodiversité
terrestre est le résultat ?

En assurant une couverture
permanente des sols,

En intensifiant, grâce aux arbres,
l’espace de production par l’ajout
d’un ou plusieurs étages supplémentaires,


En valorisant les délaissés
(bords de routes, bandes tampons…)